Conférence des métiers de l’accompagnement social et médico-social du 18 février 2022

Jean Castex annonce la revalorisation des salaires des métiers de l’accompagnement social et médico-social

Le Premier ministre a présidé la conférence des métiers de l’accompagnement social et du médico-social le 18 février 2022. Il a annoncé la revalorisation des salaires de la filière de 183 € par mois, avec  un engagement fort de l’État, partagé avec les départements, de 1,3 milliard d’euros. Il s’agit d’un « investissement massif » qui témoigne de l’attachement des Français à une société solidaire, a rappelé Jean Castex. C’est en ce sens un choix « profondément politique et républicain », a conclu le Premier ministre.

Article publié sur le site du gouvernement le : 18/02/2022

 

Vous pouvez  consulter  la transcription de la conférence avec le lien :

Conférence

Ci-dessous, quelques éléments de cette conférence.

 

Un métier pourtant qui a du sens, fait d’engagement et de relations humaines, mais un métier qui n’est pas reconnu à sa juste valeur.

Eh bien, aujourd’hui, oui, je le dis, c’est le tour des travailleurs sociaux professionnels de la filière socio-éducative. …. Donc, je veux vous annoncer que le financement public nécessaire au soutien de cette revalorisation par les employeurs sera apporté. Les fameux 183 euros pour faire simple, on va… une considération technique, vous les connaissez, j’allais dire, presque mieux que moi. Eh bien, nous donnerons aux employeurs que je salue ici les moyens nécessaires pour les appliquer pour tous les professionnels de la filière socio-éducative et ce le plus vite possible, c’est-à -dire, nous l’espérons, dès le 1er avril prochain.

Je pourrais aussi parler de la création tant attendue de la cinquième branche de la sécurité sociale que je vous le dis, j’ai porté avec fierté depuis ma prise de fonction, je sais bien, surtout le chemin qui nous reste encore à faire. Mais il est engagé et il a permis, doit permettre de consacrer notre politique du handicap et de l’autonomie avec un investissement particulier, y compris sous forme salariale pour… les 200 000 professionnels de l’aide à domicile.

Nous devons deuxièmement lancer un plan d’amélioration de la qualité de vie au travail pour favoriser les conditions d’exercice de ces métiers dans un secteur. Cela a été rappelé par plusieurs intervenants où la sinistralité est particulièrement élevée. 15 millions d’euros seront spécifiquement dédiés pour former les managers à ces enjeux de qualité de vie au travail, et des aides de la branche AT-MP seront également engagées à cet effet, avec une enveloppe exceptionnelle de 50 millions d’euros sur 4 ans.

L’État consacrera un investissement exceptionnel à hauteur de 120 millions d’euros sur 3 ans pour la formation professionnelle et la validation des acquis de l’expérience.

Alors, nous avons décidé, là encore avec les départements, de régler ces difficultés. Je le dis tout de suite puisque j’ai entendu, je crois que c’est le président Trousset qui a dit : il ne faudrait pas faire de nouveaux oubliés. Il restera encore sûrement une chose à faire, mais ça, c’est bien. Quand on est dans la fonction que j’occupe, il faut toujours en laisser un peu pour les autres. Mais on va quand même essayer de nous appliquer à réparer un certain nombre d’injustices

J’entends parler de ça, de cette convention collective unique depuis des décennies et, me semble-t-il, sans laquelle nous ne franchirons pas un palier qualitatif structurel. Évidemment, et c’est ce qui me plaît dans la proposition que je fais, cela va reposer sur un dialogue social construit de qualité qui doit permettre de faire émerger les termes d’un accord. Oui, ce sera aux partenaires sociaux d’en déterminer le cadre et permettez-moi de les inviter à négocier sans délai un accord de méthode qu’il faudrait, puis-je le dire puisque nous avons pris nos responsabilités dans l’idéal, conclure avant la fin de ce printemps. Je vous y invite. Après, vous êtes souverains. La définition d’un nouveau cadre conventionnel nécessitera, je le sais forcément, des moyens. Cela a été rappelé par les employeurs du secteur pour financer l’impact de la convergence entre les conventions existantes. Là, je m’adresse aux côtés des salariés, des représentants. Je commence à avoir quelques heures de vol, quand on rapproche des dispositifs disparates, c’est très, très, très rare qu’on fasse des alignements par le bas. Voyez-vous. Et de toute façon, si tel devait être le cas, puisque j’en appelle à la négociation collective, je ne suis pas certain que vous apposeriez votre signature.

Partagez cet article :

Facebook
Twitter
LinkedIn